Une des notions à aborder rapidement lorsqu’on apprend la photographie est la balance des blancs. Tu en as peut-être entendu parler (surtout si tu as suivi mes conseils et que tu as lu ton manuel d’utilisation 😉 ). Tu t’es sûrement déjà retrouvé avec des couleurs bizarres sur tes photos : toutes jaunes ou au contraire bleutées. On va voir tout de suite à quoi c’est dû et surtout, comment ne plus faire cette erreur.

Qu’est-ce que la balance des blancs ?

Comme pour toutes les notions en photographie, on pourrait rentrer dans des détails très scientifiques et pointus sur la mesure d’une température de balance des blancs. Je t’arrête tout de suite, on va rester très pratico-pratique 🙂

La balance des blancs, comme son nom l’indique, va « balancer les blancs » de votre image et faire que les blancs… soient blancs. Bon, c’est très simpliste dit comme ça, mais ça implique deux choses :

  • La balance des blancs va jouer directement sur la couleur de ton image
  • Les couleurs de ton image dépendent de leur température et de leur teinte

Ces notions peuvent être très complexes si on les pousse vraiment et je t’invite d’ailleurs à lire mon article sur la théorie des couleurs au service de la photographie. Tu comprendras ce qu’on appelle la température des couleurs et les teintes.

La balance des blancs en automatique ou en manuel ?

Ton appareil photo est très intelligent et peut analyser les couleurs de ton image pour déterminer une bonne balance des blancs : c’est-à-dire faire que les couleurs soient fidèles à la réalité. Les blancs sont alors bien blancs (c’est à la limite un peu terne par rapport à ce que tu as vu mais on en parlera une autre fois). Dans la très grande majorité des cas, la balance est faite correctement en automatique. Pour que l’appareil fasse la balance des blancs en automatique, tu dois voir apparaître « AWB » pour Automatic White Balance quelque part dans tes réglages.

Comme pour toutes les fonctions de ton appareil, tu peux décider de juger manuellement de la balance des blancs. Pour des raisons d’ambiance, ou sous une lumière particulière, ça peut se révéler nécessaire ou artistiquement justifié ! Tirer la lumière pour un portrait vers l’orange ou vers les roses peut donner de très belles images malgré que la scène soit éclairée par des néons tout pourris.

Pour changer manuellement ta balance des blancs, rends-toi dans tes paramètres. Tous les appareils ne proposent pas les mêmes options de balance des blancs. Je te mets tout de même ceux du Canon EOS 760D pour que tu ais un aperçu.

Tu peux également utiliser la technique de bracketing qui te permet de prendre plusieurs photos en rafale avec plusieurs réglages différents. Ici il s’agit de réaliser plusieurs images avec plusieurs balances de blancs différentes. L’intérêt est de pouvoir ensuite juger de la plus pertinente ou bien de les assembler si la scène demande différentes balances (typiquement lorsqu’il y a des sources lumineuses différentes). Ces images sont ensuite assemblées en post-traitement. Je ferai un article complet sur le bracketing et notamment pour faire de l’HDR et comment les traiter en post-traitement.

Corriger une balance des blancs en post-traitement

La balance des blancs n’est qu’un « semi-problème ». Il est très facile de la corriger en post-traitement. Mais pour celà, prends garde de bien enregistrer tes images au format RAW. Seul le format RAW t’assurera de ne pas dégrader ton image en post-traitement. Les images en jpeg perdront en qualité si tu corriges certains paramètres.

Le Graal du post-traitement de photo est… Lightroom. Utiliser Photoshop pour corriger une balance des blancs c’est comme utiliser une tronçonneuse pour couper un cure-dent… C’est très, très, trèèèès performant, mais est-ce franchement nécessaire ?

Mais peu importe, l’un ou l’autre fera l’affaire. Vous pouvez aussi utiliser le logiciel de traitement fourni avec votre appareil photo, ça marche aussi ! Vous trouverez deux petits curseurs qui ressemblent à ça :

Balance des Blancs Lightroom CC

Le premier curseur va te permettre de jouer sur la température des couleurs :

Le deuxième va modifier les teintes :

Il faut souvent jouer avec les deux pour corriger une mauvaise balance des blancs.

Tu as aussi à disposition une pipette qui va te permettre de « prélever » un pixel censé être blanc sur ton image, et le logiciel calcule la bonne balance à appliquer.

Lorsque tu te lances dans une série de photos pour un projet quelconque, bien maîtriser ta balance des blancs est important car c’est ce qui va donner de la cohérence à ta série et une certaine uniformité. C’est valable pour le post-traitement en général. Il n’y a pas de règle stricte. Mais une série toute en noire et blanc sera plus pertinente qu’une série avec du noir et blanc, de la couleur, du sépia, des couleurs froides, chaudes, vives, désaturées, … Alors penses-y lorsque tu traites tes photos !

Pour aller plus loin

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise balance des blancs sauf si tu veux absolument coller à ce que tes yeux ont vu. Tu peux délibérément modifier ta balance pour donner des ambiances particulières à tes images.

Des couleurs chaudes pour donner un effet cocooning et chaleureux inspirant la joie, du rose pour le côté enfantin voire rêveur, des couleurs froides pour la tristesse, la nostalgie, la solitude, … Les couleurs sont très importantes pour appuyer le message que tu veux véhiculer.

Qui a dit que le rendu d’une image doit être exactement fidèle à la réalité ? Tout est une question d’effet souhaité.

Cette article t’a plu ? 🙂 Est-ce qu’il t’a servi ? N’hésite pas à me laisser un feedback ou à poser tes questions en commentaire de l’article ou via ma page Facebook. Tu peux aussi me suivre sur Instagram et FlickR 🙂 A bientôt !

One thought on “Mieux maîtriser votre balance des blancs”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *